Association des Revues Plurielles (ARP) - A Littérature/Action (ex Algérie)Zoom : la revue de presse sur un thème d'actualité
Association des Revues Plurielles






zoom

La Mémoire

décembre 2002

les articles du zoom| tous les zooms

zoom

....

Le devoir de mémoire

Joss Dray et Samia Messaoudi
Confluences Méditerranée - n°24

Peut-être l'histoire ne se trouve-t-elle pas dans nos miroirs
mais dans nos reniements: peut-être l'autre est-il nous-mêmes.
Notre histoire c'est l'autre, voilà notre seul guide. Une chose est absolument certaine: on ne peut renier ou mépriser l'histoire de quiconque sans renier ou mépriser la sienne propre.

James Baldwin, Harlem quartet.

Les écrans de télévision nous livrent quotidiennement, sans commentaire de transition, une profusion d'images d'actualité: réfugiés et population affamée en Afrique, grèves de la faim et manifestations des "sans-papiers", massacres en Algérie, jeune filles portant le foulard, guerre civile au Zaire, violences en banlieue...
Cet amalgame de situations que viennent rythmer les discours pour les révisions des lois sur le statut des étrangers ou le code de la nationalité, forge une image figée et unique des immigrés. "Ils sont d'ailleurs, ils sont autres".
Cette séparation laisse peu de place à la solidarité et à l'identification de nos joies et de nos souffrances. Pourtant la présence si vivante de ces hommes et de ces femmes est intimement mêlée à notre quotidien et à notre Histoire. "Sujets" français pendant la colonisation, ils ont combattu pendant les deux guerres mondiales. Ouvriers, ils ont largement contribué à construire la France, ils ont participé à toutes les luttes sociales.
Pendant longtemps il fallait les voir comme des travailleurs silencieux, et de passage. Leurs enfants, la deuxième génération, dans les années 80, lasse des humiliations et des crimes racistes, prend la rue et la parole pour revendiquer l'égalité des droits, la citoyenneté. Ils sont nés ici, et sont ici.
La génération "black-blanc-beur" revendique une place à part entière, se montre et propose une autre image, riche de plusieurs cultures, active et fière de sa filiation. A la manière de la revendication des noirs américains des années 60: "black is beautiful", ils recomposent une "image de soi" valorisée.
Aujourd'hui, cette dynamique doit se confronter à celle de la libéralisation de la société qui crée, tous les jours, plus de "sans": "sans travail", "sans abri", "sans papiers". La puissance de la logique économique travaille sournoisement à faire naître dans l'inconscient collectif une image dépréciée des Français et des immigrés.
Des déclarations aussi évocatrices que "immigration zéro" de Charles Pasqua ou "la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde" de Michel Rocard, autant que la triste image de Khaled Kelkal, abatu par la police sur la place d'un village de la France profonde, conduisent les jeunes générations des banlieues à ne s'identifier qu'aux reflets en miroir de la haine et du racisme.
Dès lors, il s'agit d'affirmer ensemble l'importance de montrer et raconter autrement, de partager le "devoir de mémoire", seul capable de nous réunir les uns et les autres dans une seule histoire.
Joss Dray et Samia Messaoudi

9260 articles sont disponibles en ligne à la lecture !

RECHERCHER UN ARTICLE

par mots cles
dans

par revue
numero

par auteur

lancer la recherche

© Africultures 2018